Théo m'a Lu Anne !

23 juin 2018

Autisme : dossier MDPH... Demande d'AEEH et son complément. Mode d'emploi en 10 ponts !

Le premier dossier MDPH s'est imposé à nous en 2009 et tous les deux ans, on remet ça !

Résultat de recherche d'images pour "dossier administratif mdph"

Le médecin qui a posé le diagnostic nous a d'emblée fait comprendre que ce n'était pas la partie la plus joyeuse du handicap, il ne nous avait pas menti (mais à la fois sa petite phrase même 9 ans après me déroute encore : que peut-il bien y avoir de joyeux dans le handicap ? Je cherche toujours !).

Pour tout dire, "l'Administratif" ne nous a jamais fait pas peur. Mais ce dossier conditionne pour une bonne part la décision finale de la Commission et nous y apportons tout le soin nécessaire. Nous ne sommes pas les seuls, les parents d'enfants handicapés se foment au fil du temps à cet éprouvant exercice (nerveusement : et si j'avais oublié ça ? et ça, je le mets ou pas ?...et si je n'obtenais pas le renouvellement, que faire ?). Et bien souvent, ils le font avec beaucoup de sérieux et d'implication parce qu'il en va de l'avenir de leur enfant, tout simplement.

Alors pour ceux qui se demandent ce que ce dossier peut bien contenir (ou pour ceux qui vont devoir prochainement se coltiner toute cette paperasse indigeste), voici quelques tucs qui à défaut de leur faire gagner le jackpot pourront peut-être accélerer le traitement du dossier par la MDPH (ce n'est déjà pas si mal).

1. Tous les formulaires sont téléchargeables sur les sites des MDPH de chaque département (n'oubliez pas de consulter la notice explicative jointe; au début, elle vous sera précieuse). Ne perdez pas votre temps au téléphone à demander l'envoi courrier du dossier !

2. Sortez votre "écriture du dimanche", rien ne mécontente plus un administratif que de devoir s'user les yeux à deviner ce que vous avez bien voulu écrire (et donc dire) et cela peut évidemment l'inciter à mettre votre dossier "en attente" (jusqu'à ce que vous réclamiez ! Et ça peut faire long surtout au début quand on n'ose pas trop déranger...). N'oubliez pas de rappeler sur chaque feuille les nom(s) et prénom(s) de votre enfant et son numéro de dossier (s'il en a déjà un). 

Résultat de recherche d'images pour "illisible"

3. Joignez au dossier purement administratif (soit une dizaine de pages. Toutes ne vous concerneront pas, ne remplissez que celles qui correspondent au cas de votre enfant), tous les documents en votre possession (bilans orthophonique, cognitif...). Tous ! Ne craignez pas d'en mettre trop, les professionnels de votre MDPH feront le tri. Alors pas la peine de joindre ceux ayant déjà permis un passage en commission. Si c'est un renouvellement, ne mettez que les derniers (le dossier de l'enfant est conservé et complété à chaque demande). Néanmoins, si le dossier a été transféré (pour cause de déménagement, par exemple), envoyez même les plus anciens. C'est plus prudent !

4. Détaillez toute vos charges financières (devis à l'appui) sur une feuille (ou plusieurs, c'est selon) dans un magnifique tableau clair et concis (type word ou excel). Cette étape est la plus anxiogène puisque chaque MDPH a ses "critères" d'attribution des compléments. Entendez que ici, on vous indemisera de vos frais kilométriques sans rechigner là où ailleurs, vous essuyerez un refus net et catégorique. L'harmonisation des décisions serait la bienvenue... Cela dit, qui peut le plus peut le moins, celui qui ne tente rien n'a rien, la vie appartient aux audacieux...alors on y va.

 

On détaille les frais kilométriques et on applique le barême (ici). Attention, il vous en coûtera quand même : le litre d'essence est en moyenne à 1€60 en ce moment, là, on ne vous en rembousera que 0,42€ environ. Jusque là, notre MDPH nous a suivis sur ce point, là, nous changeons de MDPH et le "En tous les cas, ici, je n'ai jamais entendu que des parents aient réussi à se faire indemniser leurs trajets" de l'orthophoniste nous laisse présager une surprise. Il faudra savoir se montrer persuasifs. A vous de jouer (dans le calme et la bonne humeur, pas nécessaire d'invectiver les décideurs, ce serait contre-productif, on s'en doute). Alors évitez de détaillez les quelques petits kilomètres entre votre domicile et le cabinet de psychomotricité ou autre. Là on parle de plusieurs dizaines voire centaines de kilomètres. Ca arrive plus souvent qu'on ne croit (surtout si on ne vit pas aux abords d'une grande ville !). 

Résultat de recherche d'images pour "détail frais"

*c'est juste une suggestion de présentation !

5. Evitez les feuilles volantes ! Reliez-les par catégories : un fascicule "dossier administratif", un autre "bilans divers et variés", un autre "charges financières et devis", etc. Il vous en coûtera quelques centimes mais aucune de vos feuilles ne s'éparpillera (et donc ne se perdra). Et toujours sur chaque fascicule, rappelez les références de votre enfants sur une page de couverture, par exemple.

Résultat de recherche d'images pour "pile de documents reliés"

6. N'oubliez pas le certificat médical de moins de 3 mois (au moment du dépôt du dossier). Choisissez bien votre médecin : un qui aura "pignon sur rue" (je veux dire connu et reconnu) sera peut-être plus cher mais gagnera en crédibilité. Ca peut faire toute la différence puisque ce certificat reste le document de base pour aider la Commission à prendre sa décision.

7. Travaillez le projet de vie. Ce document est important, ça n'est pas que du bla-bla. Parlez de votre enfant mais aussi de vous (le handicap a forcément un impact sur votre vie personnelle, professionnelle, familiale). Explorez tout ce que vous envisagez pour votre enfant pour demain mais également pour plus tard (il n'est jamais trop tôt pour y penser). Montrez aussi que vous avez la main sur ce dossier, que vous le maîtrisez (après tout, c'est vous qui choisissez les professionnels qui travailleront ou travaillent avec votre enfant). Ne laissez pas penser que vous vous laissez ballotter... 

Résultat de recherche d'images pour "maîtriser la situation"

Listez toutes les difficultés au quotidien : à la maison, à l'école, avec le reste de la fratrie...et montrez comment avec les intervenants - que vous aurez ou avez choisis, vous comptez faire pour y remédier ou pour le moins pour parvenir à les atténuer au fil du temps.

Soignez ce document et si c'est trop compliqué, faites-vous aider !

8. Mettez ces deux documents (certificat médical + projet de vie) dans une enveloppe close en y inscrivant la mention "confidentiel" (et en rappelant encore et toujours les références de votre enfant). Vous joindrez cette enveloppe ne pourront être consultés que par le médecin et le ou la coordinateur,trice du dossier. C'est tout de même très "personnel".

Résultat de recherche d'images pour "enveloppe personnel et confidentiel"

9. Donc on récapitule : dossier administratif / fascicule rellié (ou au pire agrafé) "bilans" / fascicule "charges financières et devis" / enveloppe marquée du sceau de la confidentialité et contenant certificat médical et projet de vie. 

10. N'oubliez pas un petit courrier récapitulatif avec :

- nom / prénom de l'enfant et n° de dossier (sil en a déjà un !)

- Adresse / mail / téléphone (même si tout cela est déjà contenu dans le dossier administratif, ceux.elles qui ouvriront l'enveloppe et enregistreront votre dossier seront plus prompt.e.s à s'occuper de vous si vous mêmes avez fait l'effort de leur faciliter le travail).

- Si vous le souhaitez, vous pouvez demander (par la présente) un RDV avec l'équipe pluridisciplinaire (avant le passage en Commission, l'austère CDAPH !). Ne craignez pas de rencontrer ces gens : cela leur fait toujours plaisir de rencontrer les familles et vous pourrez ainsi mieux faire entendre vos souhaits et détailler les difficultés de votre enfant - et les vôtres par la même occasion). C'est un moment de partage souvent agréable et fructueux. 

Envoyez le tout dans une enveloppe solide et prévoyez un envoi en recommandé avec accusé de réception (aucune contestation possible quant à la date d'envoi). Vous pouvez également déposer votre dossier au guichet de la MDPH contre reçu surtout (n'oubliez pas, ce sera votre seule preuve de dépôt).

Le dossier de Théophile vient de partir. Pour nous, cette fois, nouveau département, nouvelle équipe, nouvelle Commission... 

Bon courage. LaMaman

Posté par Theomaluanne à 17:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


22 juin 2018

L'autiste : il va au cinéma... Première !

On en parlait depuis longtemps et chaque fois nous avions droit à un "non" catégorique de sa part. C'est vrai Théophile n'a jamais été un fan de télé et il ne regarde jamais de films. Donc lui proposer une séance ciné n'était pas forcément très opportun.

Mais à 15 ans, faire connaissance avec le 7e art, ça peut être agréable et surtout une bonne occasion de se fondre dans la masse ou plutôt de s'y confronter dans son cas. Il a finalement accepté (peut-être bien d'ailleurs pour qu'on lui fiche la paix avec ça).

Restait à trouver le film (il s'agissait de ne pas se rater) ! Je lui propose Monsieur-Je-sais-tout (il n'a pas, semble-t-il, d'idée bien précise). Ce film traite du syndrome d'Asperger. Il ne refuse pas mais il n'accepte pas non plus. Finalement, il s'avère qu'il sait parfaitement ce qui lui ferait plaisir : ce qu'il veut voir, c'est ça. Comment je n'y ai pas songé ?

Résultat de recherche d'images pour "jurassic world fallen kingdom"

Forcément...Jurassic World number 2 !!!

Nous voilà donc partis; itinéraire inconnu (gribouillé à la va-vite sur un bout de carton...). Théophile n'est pas rassuré par cet élémentaire "puis prenez à gauche...puis tournez à droite" à peine lisible. Mais il faudra faire avec, LePapa est parti avec le GPS. Bref, rapidement, nous sommes perdus et se retrouver perdus avec un autiste dans une voiture, c'est le chaos, la valse des remontrances sur votre manque d'anticipation, sur votre responsabilité quant au retard qui se profile... Pas d'affolement, on a l'habitude, c'est juste de l'inconfort, faut désamorcer, rien de plus. La séance est à 14h30 et il n'est que 14h10. Le cinéma est là, je le sens, on lui tourne autour, c'est sûr. Nous sommes dans une petite ville donc forcément pas vraiment perdus.

Résultat de recherche d'images pour "anxiété"

Au bout de 10 bonnes minutes de haute tension, le cinéma est là. Une place de stationnement juste devant et hop, à la caisse. J'aurais pu écrire "au racket" : 8€ la place de cinéma au milieu de nulle part, je m'interroge encore. Mais c'est une première, gardons le sourire. Ne gâchons pas le plaisir (encore mitigé, avouons-le) de l'autiste.

Il est 14h30, il reste à trouver deux places pas trop mal placées dans la salle. Facile...nous sommes....totalement seuls ! Imaginez, un mega home cinéma rien que pour vous. Le choix entre une bonne centaine de places. On est au milieu, un peu en hauteur, nous sommes lundi et dans une micro-ville. Finalement, je me dis que pour une première, ce sont des conditions idéales. Pas de "Pardon" pour se glisser dans le rang, pas de rires intempestifs, pas de proximité immédiate avec les autres spectateurs. Super, rien à faire !

Théophile attend, la séance n'est pas encore commencée (il demande tout de même : "Tu es sûre qu'on est dans la bonne salle ?" Pas totalement tranquille donc). Installé juste à côté de moi, il me lance :"Donne mes bouchons d'oreille !". Le ton est sec, il a jaugé la grandeur de l'écran...le son sera forcément à la mesure (je l'avais prévenu). Il s'équipe puis se lève...s'installe au rang précédent. Et je ne l'entendrai plus de tout le film. Il est dans son monde...les dinosaures sont ses amis !

Résultat de recherche d'images pour "elliot dinosaure"

Les lumières se tamisent puis s'éteignent. C'est parti !...

Bandes annonces hyper-violentes. Lui, il a l'air cool. J'ai quant à moi déjà les deux mains sur mes douloureuses oreilles. Un deuxième jeu de bouchons d'oreilles n'aurait pas été un luxe. 

Générique. C'est fort, c'est très "mâle", c'est très "surfait", "surjoué" (acteurs pas bons du tout !). Le scénario est léger...très léger. Seuls les dinosaures s'en sortent pas trop mal et ils ne sont même pas vrais ! Je n'avais pas vu le premier opus alors j'étais un peu larguée, faut dire. 

Rapidement lassée, j'ai "surfé" sur le net durant tout le film pour m'extraire du bruit et de cette histoire médiocre et attendue. Je suis même allée lire quelques critiques du film  et . Moi, je ne pouvais pas m'empêcher de trouver que cette histoire était un copier/coller d'"Atlantide" (pour ceux qui connaissent), dessin animé de Disney (de 2001). Les dinos en sus...

Bref, j'étais ravie que ça s'arrête, j'avais eu la tête comme une pastèque et les oreilles qui bourdonnaient. J'ai regretté mon Monsieur-Je-sais-tout. Quant à Théophile, il a adoré ! Tout : le film, la salle, la taille de l'écran ("c'est quand même mieux qu'un DVD")... Dans la voiture, Il a juste demandé à ce que la prochaine fois, nous allions voir un film "avec des gens". J'ai approuvé pensant qu'il parlait d'un film, d'un vrai, un truc avec une histoire, du fond... Bah non, il voulait juste un peu plus de gens dans la salle, que nous ne soyons pas bêtement seuls dans une salle archi-vide ! Ce sera le travail des prochains mois voire des prochaines années : faire cesser le petit jeu d'esquives bien huilées qu'il a mis au point ces dernières années parce que les "Autres", ça reste très compliqué... 

Alors le Jurassic World 3 est paraît-il déjà dans les tuyaux. J'ai prévenu LePapa : la prochaine fois, c'est toi qui t'y colles. 

Et si vous, avez eu la chance de voir Monsieur-Je-sais-tout, dites-moi ce que vous en avez pensé. Merci !

A bientôt. LaMaman 

Posté par Theomaluanne à 15:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mai 2018

Quand la littérature se mêle d'école à la maison...

Le billet est un peu long, je m’en excuse par avance. Je vous l’envoie de quelque part dans la montagne (super 3G !)...

Beaucoup de neige, beaucoup de lecture, je crois qu’on aura compris ! Parmi les livres dévorés (enfin pas là, en l’occurrence), il y eut celui-ci :

Femmes amoureuses

Au hasard d’une conversation sur L’Amant de Lady Chatterley, j’ai souhaité m’intéresser  à un autre ouvrage de D.H Lawrence :  Femmes amoureuses, un de ses ouvrages les plus connus (et si j’en crois les critiques, un des plus appréciés). Pas très convaincue par le titre quand même, je me lance évidemment avec quelques appréhensions... Bah je ne m’étais pas trompée : c’est long, ennuyeux, lénifiant... Bref, cette lecture ne m’a pas été très utile.

 Le résumé sera simple et rapide : Ursule et Gudrun, deux soeurs « vieilles filles » (elles ont dépassé les vingt-cinq ans et à l’époque, c’est déjà un âge canonique) font la connaissance de deux amis célibataires (tant qu’à faire, hein ?) très différents d’aspect et de caractère et forcément chacune trouve son chacun (et inversement). Une histoire cousue de fil blanc dès le départ, pas bon signe. Ensuite... Bon, est-il vraiment utile de s’apesantir sur le reste ? Je ne crois pas. Je vous en fais grâce donc. Notons toutefois que D.H Lawrence était pétri de freudisme...ce qui ne rend pas le propos toujours très limpide ni joyeux !

 J’étais sur le point de jeter l’éponge quand un passage a attiré mon attention. Le propos faisait l'éloge d'une école différente. Pas d'idées bien précises mais une conception intéressante. Une sorte d’apologie d’une éducation libre et aux antipodes de celle pratiquée ordinairement (précision : nous sommes en Angleterre dans les années 20). Voici ce passage  (adressé surtout aux familles hors-école qui s’interrogent – parfois ou régulièrement, moments de doute, de blues, elles ont toutes plus ou moins connu ça - sur le bien-fondé de leur décision et aussi pour celles qui hésiteraient encore à sauter le pas....). Le propos est plus que jamais d'actualité : quand on commence à vouloir rendre l'école O-BLI-GA-TOI-RE dès 3 ans, on y voit un message pas très rassurant quant au devenir de l'IEF !

 Contexte : Winifred est une petite fille de dix ans tout à fait originale, au caractère bien trempé. Elle ne va pas à l’école et autour d’elle, on s’interroge de savoir s’il ne serait pas opportun voire « urgent » de la scolariser pour mieux la « mater » en quelque sorte. Gerald est son frère aîné (très pragmatique et responsable des affaires familiales) et Birkin une sorte d’inspecteur de l’Education nationale (anglaise !) pas très convaincu par le "système" (déjà !). Petit moment de lecture savoureux et petite minute culturelle :

     « [Notre père] dit qu’il faut l’[NDRL : Winifred) envoyer dans une école, dit Gerald, mais elle ne veut pas en entendre parler et il ne s’y résoudra jamais. Naturellement, sa situation est plutôt singulière. Ni les uns ni les autres, chose singulière, nous ne savons vivre. Nous savons agir, mais nous ne nous entendons pas avec la vie. C’est curieux, c’est un défaut de famille.

    - Il ne faut pas l’envoyer à l’école, dit Birkin, songeant à une autre combinaison.

    - Il ne faut pas ? Pourquoi ?

    - C’est une enfant bizarre, une enfant singulière, encore plus singulière que vous. Et, selon moi, on ne devrait jamais envoyer à l’école les enfants singuliers. Seuls les enfants à peu près normaux devraient y aller, à mon sens.

     - J’incline juste à croire le contraire. Je crois que si elle quittait la maison et si on la mélangeait à d’autres enfants, elle deviendrait probablement plus normale.

     - Le mélange ne s’opérerait pas. Vous-même, vous ne vous êtes jamais mêlé aux autres, n’est-ce pas ? Elle est fière, naturellement réservée et solitaire. Si sa nature la pousse à la solitude, pourquoi vouloir lui donner des goûts grégaires ?

      - Non, je n’ai nullement envie de la transformer. Mais je crois que l’école lui ferait du bien.

      - Vous a-t-elle fait du bien à vous ?

      Gérald fronça les sourcils. L’école avait été une torture pour lui. Pourtant il ne s’était jamais demandé si cette torture était nécessaire. Il semblait croire aux vertus de l’éducation par la soumission et le tourment.

      - Je détestais l’école dans ce temps-là, mais je me rends compte maintenant que c’était nécessaire. Cela m’a fait rentrer dans le rang.

      -  Eh bien, moi, dit Birkin, je commence à croire qu’on ne peut vivre à moins de sortir complètement du rang. Cela ne vaut rien d’essayer de suivre la ligne pas à pas, quand votre instinct vous porte à tout faire sauter. Winnie est une nature spéciale, et à ces natures spéciales, il faut offrir un monde spécial.

       - Oui, mais où se trouve-t-il votre monde spécial ?

       - Fabriquez-le. Au lieu de vous transformer pour vous adapter au monde, transformez le monde pour qu’il s’adapte à vous. C’est un fait que deux êtres exceptionnels suffisent à former un monde différent. Vous et moi, nous formons un monde différent, distinct. Vous ne désirez pas le même monde que vos beaux-frères. Ce sont précisément les qualités individuelles que vous estimez. Vous voulez être normal et ordinaire ? C’est un mensonge. Ce que vous désirez, c’est être libre et exceptionnel, dans un monde exceptionnel et libre. [...] »

Femmes amoureuses (1920) /  D.H LAWRENCE / Folio n°2102

Voilà. Méditons sur ce bref passage de Femmes amoureuses. (je le répète : on peut largement se passer du reste).

Et bien sûr, une pensée pour tous les enfants dys, phobiques, autistes, Asperger...et j’en passe !

A bientôt.

LaMaman

 

                              

 

 

 

 

Posté par Theomaluanne à 12:21 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

05 mai 2018

La neige a fondu !...

Pfff... Quelle aventure ! Les locaux s'excusent presque "ah...mais....c'est une année tout à fait exceptionnelle..." Je t'en ficherai, oui... Pourtant ne soyons pas rancuniers parce qu'enfin la neige a FON-DU (tu avais raison Pascale !). Et oui, c'est possible, c'est même arrivé il y a tout juste dix jours après 5 mois 1/2 de poudreuse tombée le jour ou la nuit parfois même les deux. Bref, un paysage immaculé durant à peu près 165 jours !!!

Alors on en est ressorti vivants et installés. Des températures avoisinants les -18°C la nuit et pas un jour de dégel entre novembre et début mars. Ici on appelle le coin "la petite Laponie" (on est entre 900 et 1300 m d'altitude) et cette région forme les plus grand.e.s champion.ne.s de biathlon et de ski de fond français. Passé un hiver ici, on comprend mieux pourquoi...

L'autochtone a prévenu : ici, il n'y a que deux saisons, l'hiver et le 15 août (encore que le 15 août 1985, il soit tombé 50 cm de neige en 3 heures, véridique !). 

Résultat de recherche d'images pour "biathlon JO 2018"

Alors Théophile a pris ses marques, nous a, au passage, gratifié de quelques nouveaux rituels des plus originaux, l'orthophonie se passe vraiment bien et ses derniers bilans cognitifs sont plus que positifs. Il s'est mis au ski de fond et même si nous n'en ferons pas un champion (cela dit, personne ne le lui demande), il y prend plaisir. Il continue de lire beaucoup, de randonner, de râler aussi...bref, on avance !

Quant aux paysages, depuis quelques jours, ils ont bien changé (et ça fait du bien, le monochrome à la longue, ça lasse), le soleil est de retour (et ne nous le cachons pas, les premiers rayons du soleil qui caressent votre visage blafard, il n'y a rien de plus agréable après un hiver qui vous a paru sans fin). Les touristes ont déserté, les vaches peu à peu regagnent les pâtures, les "locaux" sortent de leurs masures et conduire n'est plus vécu comme une prise de risque permanente.

Nous avons beaucoup lu, beaucoup travaillé, beaucoup glissé, beaucoup ri des touristes estampillés "Vieux campeur" ou Décathlon, beaucoup admiré et apprivoisé les splendides paysages du Haut-Jura, avons dû nous habituer à la météo très changeante en montagne, avons côtoyé la réalité d'un "désert médical" rare propre aux régions enclavées, avons appris à ne pas dire à la fromagère que son Bleu de Gex n'avait pas de goût (!) et à la boulangère à ne pas lui demander si le boulanger ferait une autre fournée l'après-midi (non, il dort, madame...et toc ! Ici, on n'est pas à Paris.)

Résultat de recherche d'images pour "discrétion"

La vie est vraiment différente ici. Comme je dis, si on ne marche pas pas, si on ne skie pas, si on n'aime pas lire (ou boire beaucoup de thé ou tisane ou infusions accessoirement), c'est un vrai mouroir !!! Pas de vide-grenier, pas de lotos de village...des cinémas qui ressemblent à ceux de Cinéma Paradisio, des supermarchés de poche, pas de trains (ou si peu), des médiathèques de misère (mais une librairie super cool par contre, allez comprendre !), des mini-musées, des fruitières à tous les coins de rue mais pas moyen de trouver une ramette de feuilles de papier de 160g. Ici, c'est une autre vie...

Ce qui est plaisant, c'est le rythme lent, immuable, le côté "Aujourd'hui il pleut mais demain le soleil brillera" de l'autochtone, la non-obligation de s'apprêter (surtout en hiver, l'important, c'est d'avoir bien chaud...le pendant, c'est que si on ne fait pas attention, on peut vite ressembler à un vrai sac, mal nippé, moche quoi !), la confiance illimitée des habitants une fois qu'ils vous ont adopté (sinon ce sera la soupe à la grimace et là...) et ...la lancinante musique des cloches qui tintinabulent au rythme du va et vient des vaches de jour comme de nuit dans les champs à perte de vue (ici, c'est un hectare de pâtures par vache sinon pas d'appellation Comté possible, on ne rigole pas avec ça). Les animaux traversent votre jardin pour rejoindre la tourbière ou la forêt (bon à la fois ici il n'y a pas de clôture autour des habitations), les rapaces dessinent des ronds dans le ciel avant de s'abattre sur le sol et de repartir avec leur proie, les renards s'aventurent en rampant, les hermines vous regardent insolentes avant de s'engouffrer sous la neige... Beaucoup de nature sauvage mais...pas de chiens ici et pour cause : pas de clôture et surtout pas simple de promener toutou avec cinq mois de neige et le risque de tomber quand le jour s'éteint à 16h (si, si, on est plein est !). Peut-être des chats, des poissons rouges, des canaries mais rien d'autre a priori. Ici la vie animale s'observe dehors !

Résultat de recherche d'images pour "comté vache"

Quelquefois, il me semble que les gens d'ici se contrefichent de ce qu'il se passe partout ailleurs dans le monde et que Paris ou Bordeaux ou Nantes ou Lille, c'est fichtrement loin (ce qui n'est pas entièrement faux, cela dit). C'est comme une sorte d'Etat dans l'Etat, coincé entre deux montagnes. On établit ses propres règles et ma foi, ça a l'air de plutôt bien fonctionner (merci tout de même à la Suisse toute proche qui fait vivre ici pas mal de gens même s'il y a guerre ouverte entre les "ceusses" qui vivent et travaillent en France et les "ceusses" qui vivent en France mais traversent la frontière chaque jour pour un double salaire. Forcément, ça attise les convoîtises. Vu de l'extérieur c'est comique mais ici, on ne rigole pas avec ça, il y a bien deux clans, qu'on se le dise !)

Voilà maintenant que tout le monde a bien cerné dans quel paysage et quel contexte nous évoluons désormais, nous allons pouvoir reprendre le cours de nos billets...

Bon week-end à tout.e.s.

A bientôt. LaMaman 

Posté par Theomaluanne à 17:12 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 mars 2018

Nous sommes toujours là !

Bonjour à toutes et à tous,

Résultat de recherche d'images pour "chalet boule de neige"

Après des mois de recherches, nous avons trouvé notre "home" !

Installés désormais mais ...pas d'internet pour le moment et une 3G plus que poussive...

Pas facile de téléphoner sous les sapins au fond du jardin dans le froid et dans la neige, de consulter ses mails sur les parkings de supermarchés une fois la semaine, de recevoir sms et mms au petit bonheur la chance ou selon le sens et la vitesse du vent et ...de répondre à vos commentaires ou messages envoyés via la rubrique "contactez l'auteur".

Nous n'oublions personne. Les cartes de vocabulaire seront adressées à tous-tes ceux-elles qui en ont fait la demande dès que possible. 

Pour le moment et alors que nous entamons notre cinquième mois de paysage enneigé (un record), nous continuons de travailler et de lire (et de boire des litres et des litres de thé devant la cheminée !). Attendons le printemps (s'il existe ici...on se pose la question !) et revenons bientôt...enfin, on espère.

Bonne continuation à tous-tes.

La Maman

Posté par Theomaluanne à 11:45 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,