Ce billet est long, très long. Le thème en est Noël (C'est un peu du réchauffé mais ça alimente toujours ma réflexion du moment). Ce billet sera donc découpé en trois parties. Voici la première:


 

1ère partie:

Alors là, ceux qui ont le sentiment que nous faisons toujours ce qu'il faut quand il le faut et se disent que décidément ça n'est pas possible ces parents foooormidables, qu'il doit bien exister des moments où on ne trouve pas la réponse, où on dérape, où on est forcément à côté de la plaque...ceux-là vont être comblés. Ou la bourde de fin d'année "made in LaMaman", là même où elle croyait bien faire (forcément!)...

Je m'explique. Je pense que vous aurez compris qu'un TEd autiste est d'une rare naïveté, ce qui d'ailleurs en fait la proie rêvée dans les cours de récréation ou comment se foutre de quelqu'un à moindre frais.

Exemple: une maman me racontait dernièrement que les "camarades" (appelons-les comme ça, c'est la règle à l'école) de son fils TED avaient pris la vilaine (très vilaine mais là il faudrait qu'un adulte se charge de le leur expliquer, ce qui n'est, semble-t-il, pas le cas) de faire croire tout et n'importe quoi au malheureux et ensuite de s'esclaffer en choeur en lui hurlant bravaches (ben oui en groupe, on se donne du "courage"): "Mais tu crois vraiment tout ce qu'on te dit, tu es trop naïf!". On pourrait affirmer (comme c'est la règle encore une fois) que ce ne sont que des enfants. Le problème c'est que ce sont également des adultes en devenir (à mon avis, on l'oublie trop souvent dans les lieux où "c'est la règle"). La maman de ce garçon est décontenancée face à tant de méchanceté et son fiston est forcément malheureux et ne sait que répondre. Sa mère lui a en retour appris cette petite phrase:"Je préfère être naïf que menteur". Louable mais pas sûr que cette petite maxime digne d'un lama thibétain rencontre un écho chez les "camarades" (c'est toujours la règle!) de ce garçon. Et de plus, il lui faudra retrouver chaque mot de cette phrase magique au moment opportun. Quand on sait un peu comment fonctionne un TED, on sait à l'avance que c'est quasi mission impossible!

La naïveté sociale est une constante chez les autistes: réglos, sincères, honnêtes...ils ne comprennent même pas qu'il puisse en être autrement. Et forcément calquent toutes ces précieuses (mais trop rares) qualités chez tous les individus. En clair: tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ! Mais là, nos TEDs (ou autistes) ne gagnent pas à tous les coups...

C'est toujours un coup de poignard au coeur lorsqu'on apprend que son enfant a été le "jouet" de certains et ce pour plusieurs raisons: 

1) Il ne le mérite pas: il a tant de qualités que certains enfants n'entreverront jamais... Des vraies, des solides comme celles citées plus haut,

2) Il ne sait que répondre: que voulez-vous répondre lorsqu'en la circonstance, c'est vous qui n'entrevoyez pas qu'on se paye éffrontement votre tête ? Lorsque c'est même en dehors de votre entendement qu'une personne puisse vous vouloir du mal ou vouloir (bêtement, simplement) se moquer de vous? Quand vous n'avez pas les expressions adéquates pour renvoyer l'ascenceur, scotcher le malotru et le rendre ridicule une bonne fois pour toutes devant toute sa bande de "nazes"?


3) Parce qu'il y a toujours des relents du "Dîner de con" dans cette affaire et si nous nous sommes tous amusés en visionnant le film,  bizarrement, le personnage principal et ses acolytes deviennent beaucoup moins drôles...une fois qu'on est potentiellement concerné.


3) Parce que c'est votre enfant!


Bien sûr la naïveté sociale fait l'objet d'un pan entier dans la rééducation des autistes mais les résultats sont variables et il faut le dire parfois assez décevants.

Alors parfois on choisit d'y remédier et d'employer la manière forte, c'est, je l'avoue, ce que j'ai fait!

Je vais m'arrêter là pour aujourd'hui et je vous raconterai la suite au prochain épisode!

A bientôt.

LaMaman