Cette année, Théophile a peaufiné sa lettre au Père Noël. Il n'y croit plus mais il a cependant développé un grand "esprit de noël" (je ne sais pas de qui il tient ça...) et la lettre à Kris Kringle fait partie du rituel.

DSC07515

Nous lui avons suggéré de la garder tellement il s'était appliqué mais il en a décidé autrement en l'envoyant au père noël des "postes et télécommunications" qui lui a répondu par courrier dans une longue lettre pour se plaindre du boulot énorme que lui causait noël et tout et tout et accessoirement pour lui conseiller de se connecter sur son site www.laposte.fr...si c'est pas la magie de Noël, ça !

Néanmoins, dès que j'ai vu Théo coller les petites images des cadeaux qu'il avait choisis, j'ai vite compris qu'on allait se trouver devant une difficulté de taille. Le total de la facture ne rentrait pas mais alors pas du tout dans le budget prévu par le père Noêl: Théophile ne connaît pas la crise et cette année, il a été très généreux ...envers lui-même !!!

Réfléchissons: il a 11 ans, ne croît plus au père noël et il a un sens inné de l'argent (surtout quand il s'agit du sien), il devait donc être possible de gommer le léger "trop" de cette année sur sa fichue jolie liste...ceci sans trahir ou détruire ce fameux "esprit de Noël" (ah ça, non!).

Les pourparlers ont commencé lors d'une séance de travail (comprenez de bonne heure le matin au moment où Théophile émerge à peine et où j'ai pensé pouvoir profiter de cet habituel état semi-comateux). J'avais recopié sur une feuille A4 la liste des jouets commandés en y ajoutant deux autres colonnes et en attaquant très fort: "Théo, on a un petit problème et on va essayer de le résoudre ensemble". Loustic ouvre de grands yeux (pas bon ça, ça veut dire qu'il s'est réveillé d'un coup d'un seul et que les négociations vont vraisemblablement être plus difficiles que prévues), il m'écoute alors attentivement.

Je lui demande :" Qui achète les cadeaux de noël à ton avis?". "Toi et papa", me répond-il (il est définitivement réveillé). "Très bien alors tu sais aussi que le père noël passe pour tous les enfants de la famille même les plus grands ? "Oui", sans hésiter. Il sent l'embrouille, c'est évident. "Alors voilà, je t'explique, écoute-moi bien: le père noël a ce qu'on appelle un budget...". "C'est quoi ça ? " (forcément et cette question, je l'espérais pour tout dire donc jusque-là, tout va bien). "Le père noël fixe une somme d'argent pour acheter les cadeaux et il ne peut pas dépenser plus". Il a l'air serein comme pas concerné !

"Alors voilà (redite indispensable), on va faire une chose: calcule d'abord le montant total de tout les cadeaux qui figurent sur ta liste" (il refuse net la calculatrice que je lui présente, il préfère calculer de tête). J'attends... Il y a alors comme qui dirait...un blocage !!! Monsieur n'arrive pas à faire l'addition (ce qui est surprenant lui qui d'habitude calcule plutôt rapidement). Bref, moi j'ai utilisé la calculette et le montant est sans appel: ça dépasse et de beaucoup le budget qui t'est alloué. Loulou, faut tailler dans la liste et pas qu'un peu. Bon là, on s'éloigne un peu de "l'esprit de noël" si important à nos yeux et même si on répète que l'autiste a du mal à gérer la frustration, c'est le moment de tester le niveau de gestion de ce "sacrifice" (le mot n'est pas trop fort en ce qui le concerne) de notre TED.

DSC07552

Je lui colle la fameuse feuille sous les yeux. C'est quoi ça ? Intitulés des cadeaux dans la première colonne (j'ai bien songé à y ajouter la photo des dit jouets mais j'ai trouvé que c'était un peu méchant quand même donc j'y ai renoncé), le prix dans la seconde colonne et enfin une colonne vierge qui servirait à cocher les cadeaux qu'il souhaiterait conserver absolument. 

Et je lui dis "Choisis". Blanc...rien, pas de réaction. Il m'explique alors qu'il ne peut rien enlever, que tout est important (ça je le sais bien mais il ne faut pas se laisser attendrir, non, non, non...). Je lui réponds: "Tous les cadeaux ensemble représentent la somme de... et le budget est de ...., à toi de choisir". Toujours rien...Enfin si, il enlève un micro-cadeau (faut bien commencer par quelque chose à la fois). 

Je reprends le raisonnement (faut pas le laisser prendre l'avantage, il me regarde déjà avec ses yeux de cocker, faut pas craquer) et on passe aux calculs. Les négociations s'annoncent âpres ! Et là, je sens qu'on aboutira à rien, il ne veut pas supprimer le plus petit jouet, tout est important qu'il répète sans arrêt, mouais...

Me vient une idée et c'est toujours agréable de voir surgir dans son esprit (et au moment opportun tant qu'à faire) quelques fulgurances dont on sent qu'elles pourraient grandement nous aider. Je lui explique avec un air douceureux (oui, je compatis, ça a vraiment l'air de lui fendre le coeur de devoir barrer des lignes sur la liste) :" Ce qui m'embête dans cette affaire, c'est que si tu n'arrives pas à supprimer des cadeaux, je vais devoir le faire et là vraiment je préfèrerais que tu ne sois pas déçu le matin de noël quand tu t'apercevras que tout ce que tu as commandé n'est pas au pied du sapin, pas vrai ? Je préfère que ce soit toi qui choisisses même si je sais que c'est très difficile . Et puis, ce ne sera pas vraiment supprimé, il y aura des occasions l'année prochaine et comme ça,  papa et moi pourrons te faire plaisir avec des renforçateurs (oui, il sait parfaitement ce que c'est)...". Ouf, est-ce qu'il a bien tout compris? Je trouve la tirade un peu longue !

Il me répond désolé :"Oui mais le prochain noël, c'est loin". Pas faux ! "Oui mais par exemple, tu vas bientôt devoir passer tes évaluations au cabinet, ce sera l'occasion de te faire plaisir pour les efforts que tu vas devoir fournir" (parce qu'une après-midi de concentration, ça se récompense). Et puis il y a ton anniversaire, ta fête, tu vois, c'est juste reporté...".

"Emballé, c'est pesé", Théophile accepte illico le protocole d'accord, taille dans la liste et nous laisse en deux temps trois mouvements des cadeaux qui comme par hasard rentrent pile poil dans le budget. Soulagée de ne pas avoir eu à le faire et fière qu' il ait réussi à composer avec la réalité sans crise et sans gros chagrin.

Une petite déception de notre côté tout-de-même: on avait un peu comploté avec le papa pour que loustic lâche la "forteresse intergalactic" encombrante et ...encombrante ! J'avais un peu essayé d'orienter le choix de Théophile en ce sens (pas beau tout ça !). La raison est simple: junior nous a déjà gratifié de ceci puis de cela dans sa chambre et franchement, ça devient ingérable quand il s'agit de faire un brin de ménage. 

DSC07547

Ceci pour les chevalier bleus (en 2012)

DSC07545

Cela pour les chevaliers rouges (en 2011)

Finalement "l'intergalactic-fortress" est restée sur sa liste (j'ai vite compris que ce ne serait pas négociable) et il a choisi de "reporter" certains autres cadeaux. 

DSC07549

 

Du coup, on s'est dit que dans cette négociation il n'y avait pas vraiment de perdant ni de gagnant. Une vraie négociation, quoi !

Je rassure ceux qui penseraient que nous avons un rien sacrifié l'esprit de noël. Rien de tout ça et Théophile a été doublement satisfait. 1) il n'a pas été surpris de ne pas recevoir certaines choses - les surprises, les autistes détestent ça !    2) il était très fier de faire rentrer ses choix dans la fourchette de prix "comme un grand" (précisons que pendant un repas, il a demandé ce que voulait dire l'expression "ça ne rentre pas dans la fourchette de prix")... et il a ainsi pu pleinement continuer à profiter de Noël. (Il faut dire qu'on a tous les deux et cette année encore fait une indigestion de téléfilms de Noël alors on était en plein dedans quand même)

La méthode peut paraître "brutale" mais ceux qui vivent avec un enfant autiste savent à quel point un Noël peut être gâché par un cadeau "fantôme" ou non-conforme à celui présent sur la liste !!! Finalement, cette séance a été très bénéfique et Théophile, toujours très organisé, a déjà prévu à quels moments nous allions lui "offrir" ses cadeaux "reportés". 

En sus, il a eu cette année l'autorisation de visiter "l'atelier des lutins". Je le sentais curieux de voir et de savoir comment ça s'organisait dans la pièce en question. Il n'a pas été déçu : du bazar, du bazar et encore du bazar (c'est lui qui l'a dit et il n'aime pas ça)... L'an prohain, je crois qu'il va encore monter d'un grade : je lui confierai l'emballage des cadeaux. Il y a un moment où il faut savoir passer la main !!! Et puis nous avons encore une année pour être au top...

LaMaman