Dans un commentaire portant sur le précédent billet, une personne a écrit que "le commun des mortels ignorait en quoi consistait une soutenance de thèse...". Alors en (presque) quelques lignes, explications !!!

Résultat de recherche d'images pour

Bien... Alors généralement, avant la soutenance, nous avons un étudiant (sûrement un peu fou), pas rebuté par l'idée de devenir un rat de laboratoire ou de bibliothèque durant toute sa jeunesse durant...de longues, très longues années (et pendant que ses petits camarades font la fête !) . On s'en fait souvent l'idée d'un apprenti-savant à qui on aurait confié une question super importante dans le seul but de faire avancer la science. Le directeur de thèse de notre fille avait comparé d'emblée le doctorat à une retraite monacale, c'est pas faux...

Résultat de recherche d'images pour

Donc ce fameux étudiant en fin de Master2 (repéré par un de ses profs depuis longtemps, le dit prof jouant un peu sa réputation aussi sur ce coup-là donc il sélectionne dur) est adoubé, se voit confier le dit et précieux sujet le plus souvent inaccessible au "commun des mortels" (un petit tour ici pour exemple - l'intitulé de la thèse m'a bien amusée, j'aurais pu en trouver bien d'autres. Ce n'était pas le sujet de notre Grande, qu'on se rassure !).

L'étudiant fou de bonne volonté a ensuite (en théorie) 3 années pour rendre sa copie. Sachons qu'en règle générale, la moyenne d'âge de début de doctorat est comprise entre 26 et 28 ans et la fin de doctorat se situe dans la tranche d'âge 31-34 ans (notre nouveau docteur(e) en a, quant à elle, 28). Trois ans maxi ? Non, il y a moyen d'obtenir des dérogations mais attention, cette possibilité connaît ses limites depuis la nouvelle réforme du doctorat. 

Un impératif si vous ne voulez pas mourir de faim en plus de perdre vos cheveux (si, si, ça s'est vu et pire encore pour certain(e)s) durant votre thèse : la faire financer ! Le Graal... Ce n'est pas obligatoire (sauf pour les filières scientifiques) mais chaudement recommandé.  

Résultat de recherche d'images pour

Plusieurs possibilités selon le sujet : les bourses des régions, les bourses d'entreprises (essentiellement pour les doctorats scientifiques avec contrat à l'appui. Malheureusement avec un sujet de philo, d'histoire ou de psycho, vous n'intéresserez personne dans le monde de l'entreprise mais on s'en doutait un peu dès le départ). Et enfin,  LE contrat doctoral du Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, le "must" mais également le plus rare. Ce dernier vous vaudra durant 3 ans un salaire d'environ 1 800€/nets par mois. En échange, vous devrez en plus de vos travaux de recherche, assurer une charge de cours, les fameux "moniteurs" qui opèrent en TD, voire pour les plus courageux en cours magistraux. De quoi commencer à cotiser à la caisse de retraite, c'est toujours bon à prendre. Attention, ce contrat doctoral puisque rare se mérite avec oral de présentation du sujet devant un jury qui ne peut en accorder qu'une poignée. Donc si vous le décrochez, vous aurez toujours un statut de privilégié auprès de vos collègues, une aura supplémentaire, on va dire. 

Résultat de recherche d'images pour

Bon, reprenons. Pendant 3, 4, 5, 6...ans, vous cherchez, vous tentez de répondre à la problématique, vous compulsez toute la litérature déjà produite sur le sujet (bibliographie gigantesque, cela va sans dire), vous publiez, vous colloquez, vous séminarisez, vous doutez, vous vous shootez (euh, pas la nôtre, juste des litres et des litres de thé). Puis un beau jour, vous entendez une voix: " Tu penses soutenir quand ?" C'est juste votre directeur(rice) de thèse qui se rappelle à votre bon souvenir (selon qu'il vous aura vraiment épaulé ou...abandonné - au choix - au cours de ce chaotique parcours). Gloups !!!

Parce que chercher, c'est quand même le pied et ça pourrait s'éterniser tellement c'est bon. Mais quand apparaît la perspective d'un jury plus qu'impatient de vous tailler en pièces, c'est un peu moins cool subitement. Donc vous regardez toutes vos notes (sur votre bureau, dans vos bibliothèques - oui, il faut au moins ça, plus les cartons de déménagement utilisés comme cartons d'archives -, sur le sol, bref...partout !), votre ordinateur (qui bugge tellement il n'en peut plus) blindé de documents à décoder, à trier, des bribes de textes rédigés à la va-vite et...soudain, votre thèse prend l'aspect d'un infâme gruyère constellé de trous et ces trous, va falloir les boucher...vite, très vite ! On est en train de vous mettre la pression, on dirait.

Résultat de recherche d'images pour

Bah, c'est simple: il suffit de s'y mettre (et accessoirement d'avoir des gens bienveillants qui vous répètent que vous êtes le (la) meilleur(e) chaque fois que vous pensez ou dites :"J'veux pas y aller !"). Ensuite, il faut trouver encore des gens prêts à traquer les dernières petites coquilles (qui font toujours tache) dans votre pavé d'un peu plus de 1000 pages (quoique aujourd'hui, les thèses à la demande des jurys aient tendance à se réduire). Même ça, le jury ne manquera pas de vous le signaler. Vous prierez également pour ne pas avoir un directeur de thèse qui retoque chacun de vos chapitres chaque fois que vous lui soumettez une ébauche de sous-partie d'une partie d'un sous-chapitre d'un chapitre; donc le directeur de thèse, mieux vaut qu'il soit cool et qu'il réponde présent tout au long de l'exercice. Certains doctorants n'achèvent pas leur thèse en raison à la longue d'une incompatibilité d'humeur avec leur "chef". C'est balot !

On envisage donc de soutenir... Ah, ah, les choses sérieuses commencent. Ce ne sera au départ qu'une date indicative puisqu'il faut avant tout choisir soigneusement le jury. Il vaut mieux éviter le jury de complaisance, plutôt taper dans le "gratin" qui fera bien dans votre dossier (que vous soumettrez, le cas échéant, au CNU en vue d'obtenir un poste de Maître de conférence puis de Professeur des universités...bien des années plus tard). Et accessoirement qui rendra la soutenance plus intéressante.

Résultat de recherche d'images pour

Donc voilà, votre directeur de thèse a sollicité ses pairs (au nombre de cinq) et a déterminé une date de soutenance. Passons rapidement sur tous les moments de panique, de déprime qui vont vous submerger durant ces derniers mois parce que le travail n'est pas fini (même la thèse bouclée, corrigée, éditée). Il faudra encore déposer officiellement la précieuse thèse auprès du secrétarait de l'Ecole doctorale en 8 exemplaires : un pour vous, un pour la bibliothèque universitaire, un pour le Centre des dépôts de thèses (quelque part dans le nord de la France), un pour chacun des membres de votre jury. Parmi ces membres, deux seront désignés comme rapporteurs ; c'est à dire qu'ils vont éplucher les moindres recoins de votre bébé et rédiger un rapport (là, on rigole moins déjà). Parce qu'au regard de la qualité - ou pas - de votre travail, ils décideront si vous êtes autorisé(e) à soutenir ou si vous devez revoir votre copie (là, j'imagine l'étudiant(e) éploré(e) mais c'est assez rare, le directeur de thèse ayant pris la précaution de faire barrage avant).

Bon, imaginons: les pré-rapports vous sont adressés et vous êtes autorisés à soutenir. Yes ! Deux cas de figure: soit les pré-rapports pinaillent sur des détails (bah, oui, faut bien mettre quelque chose) et les conclusions des rapporteurs sont élogieuses. Dans ce cas, c'est tout bon, vous pouvez commencer à penser à votre buffet d'après soutenance ! Soit, on vous autorise à soutenir du bout des lèvres et quelques petites choses sont à revoir : va falloir en remettre un petit coup avant le jour fatidique.

Résultat de recherche d'images pour

Enfin, le jour J arrive. Vous ne mangez plus depuis déjà plusieurs jours, vous êtes fatigué, sur les nerfs... Néanmoins, pour la circonstance, vous avez revêtu vos "habits de lumière", vous êtes même passé chez le coiffeur et avez au milieu de toute cette panique, réussi à finaliser votre cocktail prévu à l'autre bout de la fac. Du grand art !!! (Tout de même envoyé un sms à Môman du genre :" Mince, j'ai oublié ma veste à la maison". Tant pis pour la veste, on vous répond, pas grave, concentre-toi !).

Les soutenances sont le plus souvent publiques. Allez-y, c'est tout à fait intéressant, choisissez juste bien votre sujet ! Certaines pourtant ont lieu à huis-clos principalement si le domaine évoqué est jugé sensible (comme celui du nucléaire, par exemple). 

La famille est présente (pensez donc, elle ne raterait ça pour rien au monde) et au premier rang (traditionnellement mais je pense que les coutumes peuvent sensiblement varier localement). Le jury se présente, s'assied. Chaque membre est venu avec son exemplaire de thèse sous le bras dûment annoté et chacun a son discours dactylographié. C'est préparé en pro, ça se sent tout de suite.

Puis le silence se fait. Une seule consigne : on n'applaudit pas durant la soutenance. In-ter-dit !

Résultat de recherche d'images pour

1) Le Président prend la parole, on entend les mouches voler (en fait non, on est en plein mois de janvier). Il présente les membres du jury, le sujet de la thèse, le(a) candidat(e) et au passage souligne la présence nombreuse du public (pas courant, paraît-il).

2) Il passe ensuite la parole au directeur de thèse qui a très exactement 20 minutes de temps de parole (tout est chronométré !) qui présente à son tour le(a) candidat(e) (ils ont quand même travaillé ensemble 7 années si l'on compte les années de Master), les conditions du choix du sujet (et là, c'était assez drôle mais je n'ai pas le temps d'épiloguer) et le parcours du(de la) candidat(e) (depuis son entrée à la fac) en lui renouvelant tout son soutien pour les années post-doctorat (à venir).  

3) Le Président passe la parole au(à la) candidat(e) qui a 20 min également pour présenter son sujet, les aléas de son travail de recherche (la litanie habituelle), et la conclusion de ses travaux (Powerpoint à l'appui). Sur le contenu de la thèse, point trop puisque chaque membre du jury est sensé avoir lu les 1200 pages (et ils les ont toutes lues, nous pouvons en témoigner).

4) Puis tour à tour, le Président (véritable maître de cérémonie) va passer la parole à chaque membre du jury: 15 min chacun pour énoncer les remarques sur le travail (très attendu et tout à fait remarquable, cela va sans dire) du(e la) doctorante et demander des explications complémentaires voire ouvrir sur une autre perspective visant ainsi le(a) (encore) doctorant(e) à réfléchir plus avant sur son sujet. 

5) A la fin de chaque intervention d'un membre du jury, le(a) candidate répond aux remarques, aux questions...sans oublier de remercier au préalable l'examinateur pour ces questions pertinentes auxquelles il(elle) va tenter de répondre au mieux. Attention, le candidat doit astucieusement sélectionner les questions qui recevront une réponse de sa part  et cela pour deux raisons: a) d'abord pour une raison évidente de temps b) ensuite parce qu'il doit débusquer les questions "pièges" qui l'emmèneraient trop loin et même probablement sur un terrain glissant. C'est assez tactique ! A l'issue des réponses, le Président du jury demande au membre du jury s'il est satisfait du contenu des réponses proposées par le(la) candidat(e). Evidemment, le membre du jury tatillon insatisfait peut en remettre une couche demander à nouveau des éclaircissements et tacler épuiser le malheureux impétrant* (ouf...j'ai réussi à le caser celui-là) ou bien, faire un signe d'assentiment que nous interprêterons par un: "ça me va !"

6) Une pause est prévue au bout de 2h ou 2h 30 de soutenance. Le(a) candidat(e) prend le poul auprès de son auditoire: tout va bien...reste concentrée...ne change rien...ils ont l'air contents... Pas franchement rassuré(e) mais concentrée, oui.

Voilà pourtant qu'il faut déjà y retourner après seulement 10 min de break.

7) Encore trois membres interviennent dont le Président du jury (oui, oui, il est entièrement partie prenante dans cette affaire. Double casquette, en somme). Mais on sait que c'est le dernier donc on se détend. Ca sent la fin !

4 h 30 plus tard, le Président invite le public à sortir, le jury va délibérer. 

Dix minutes plus tard, le public réintègre sa place et...est invité à rester débout. Le Président prend la parole solennellement.

Il prononce le verdict du jury en rappelant le nom du(e la) candidat(e), le sujet de la thèse et en prononçant ses mots : "Le jury a donc décidé à l'issue de la délibération de vous accorder à l'unanimité le titre de docteur en... de l'Université de... avec ...(et il précise la mention)..." Il ajoute d'autres choses que j'ai oubliées, je passe donc. D'autant que le public peut enfin...AP-PLAU-DIR !!! 

Résultat de recherche d'images pour

Le tout nouveau ou la toute nouvelle Docteur(e) n'oublie pas de remercier son jury et d'inviter le public à se réunir pour un pot bien mérité. Il(elle) devra, au préalable et avant de s'enfuir, émarger sur les divers documents tout à fait officiels avant de pouvoir se dire ... C'EST FINI, J'AI REUSSI !!!

Il est maintenant possible de quitter sa place et d'aller embrasser la mariée... Euh, non, le(a) tout(e) nouveau(elle) Docteur(e).

 A savoir:  le diplôme de Docteur est, en France, soit remis en mains propres lors d'une cérémonie officielle (avec ou sans toge, avec ou sans foulard, avec ou sans toque, avec ou sans cotillons), soit à retirer simplement au secrétariat de votre Ecole doctorale. Chaque université décide selon son bon vouloir. Mais on est bien loin des flonflons étazuniens, en règle générale.

Résultat de recherche d'images pour

Sachez également qu'il existe trois mentions (celle décernée apparaît sur le diplôme) : honorable, très honorable et très honorable avec les félicitations du jury. Certains facs ont décidé de ne plus décerner la troisième, certaines encore n'en décernent plus du tout. 

Des nouvelles de la Docteure ??? Elle récupère...

Voilà Isa.

Bonne lecture.

La Maman