1) Théo au restaurant

Les familles avec enfant autiste le savent. Il y a des activités que l'on peut d'emblée rayer de la liste sitôt que les symptômes de l'autisme sont trop évidents. Une petite sortie au restaurant fait partie de ces quasi missions impossibles (mais il y a aussi le parc, le cinéma, la piscine et j'en passe...). Ah non, les sorties au musée sont encore possibles (pas trop de bruit donc c'est encore envisageable).

Résultat de recherche d'images pour

Pourtant là, quelque part en Bretagne, l'idée d'une sortie au resto avec la famille au complet nous plaisait. Les deux aînées de la maison étudiantes dans la région étaient sur place et il était intéressant de voir comment Théophile réagirait à ce changement de programme dans sa journée somme toute encore bien réglée. 

Pour faciliter la chose, choisir un établissement pas trop éloigné de la maison louée pour ces quelques jours. Consulter le site internet du restaurant afn que Théo puisse décider de son menu avant de s'y rendre. Enfin bien lui expliquer que du même coup, il lui faudra décaler son horaire de douche plus tard dans la soirée (là, ça allait encore) voire au lendemain matin (là, ça a été un "non" catégorique"). Bref, la sortie ne s'annonçait pas trop mal.

Un hic pourtant...La réservation laissée sur le répondeur du restaurant n'avait pas reçu de confirmation, c'était suspect. Un passage devant le restaurant nous fait immédiatement comprendre que l'établissement est fermé. Un deuxième passage nous informe sur un petit écriteau placé sur la porte que le personnel est en congé jusqu' 28 janvier. Demi tour toutes. Bon là, ça se voit immédiatement, Théophile est très contrarié par ce contretemps, lui qui répète sans arrêt depuis que nous avons quitté la maison :" Et on sera rentrés à quelle heure ?". 

Par le plus grand des hasards néanmoins, les filles avaient aperçu une crêperie sur la route à...deux pas de la maison ! Théophile fait là sa tête des mauvais jours (il espérait secrétement qu'on rentrerait au gîte). Pas préparé donc pas très joyeux. On prend ça à la rigolade parce que si on commence à se désoler avec lui, il va finir en larmes. On le ménage quand même vu les circonstances parce qu'assurément, il ne goûterait pas à ce moment précis à un humour très appuyé. Finalement, il n'a pas d'autre choix que de suivre. Le restaurant est petit, pas trop de monde donc. Un bon point. Il s'installe et s'imagine qu'il va être servi comme au Quick, soit à la vitesse de la lumière. Mais que nenni, il faut d'abord choisir son menu, que chacun égrene le nom de sa crêpe (!), il faut supporter de voir la dame passer plusieurs fois à coté de la table sans rieny  déposer . Théophile ne trouve pas ça très cool, il ronge son frein !

Afficher l'image d'origine

Dans l'optique du premier restaurant, il avait choisi une viande rouge, des frites et une salade vertet. Ses projets tombent à l'eau, ici, on ne fait que des crêpes !!! Tout est contre lui, il est nerveux, se tortille les cheveux mais il va faire une découverte qui va changer le cours de la soirée. En effet en regardant la porte de sortie, il remarque les horaires d'ouverture : 19h / 21h (on est en pleine semaine). Il est déjà plus de 20h, il sent qu'il n'en a plus pour très longtemps. On essaye de lui expliquer que 21h correspond à la fin du service mais que le restaurateur et sa femme ne vont pas nous flanquer à la porte à 21h pétantes. Il s'en fiche, c'est marqué 21h, il nous presse d'en finir. Nous n'insistons pas.

Nous nous concentrons sur le menu. Alors il va falloir négocier sec avec lui mais également avec la restauratrice finalement très accomodante et charmante. Il choisira une crêpe au jambon mais...sans la crêpe ! Il trouve le jambon moyen (toujours un peu contrarié et il détecte à la seconde qu'il ne s'agit pas de son traditionnel Fleury Michon à - 25% de sel). Bon, il mange son jambon tout de même tout en ralant parce que vraiment il trouve qu'on est trop long avec notre apéritif, nos crêpes salées puis sucrées, nos conversations à n'en plus finir. 

Résultat de recherche d'images pour

Néanmoins, 21h approche et il se détend (il faut dire que la dame est vraiment très gentille et Théo, les gens gentils, il adore ça !). Il accepte même de choisir une crêpe dessert (il commandera sa crêpe lui même à la surprise générale, wouah !). Alors il a choisi une crêpe au sucre et avec le sourire il a lâché un :"C'est la meilleure crêpe que j'ai jamais mangée !!!". Content il était et du coup, nous aussi forcément. On a pu rester un peu et il a fini par oublier l'heure... 

Il a salué en sortant et il a finalement trouvé sa soirée agréable. Mais comme prévu et même s'il était très tard, il est vite monté à l'étage prendre sa douche !

 

2) Théo et les animaux

Alors Théophile adore les animaux mais de loin, de très loin ! Sauf peut-être les minuscules chiens... Il a une peur bleue de tout ce qui vole (pas le temps d'appréhender l'animal à cause de la vitesse) et les animaux plus massifs ne le rassurent pas davantage.

Bref, lorsque nous avons loué ce gîte, rien ne spécifiait qu'il s'agissait d'une location "Bienvenue à la ferme". Et oui, 400 moutons et brebis et une propriétaire toute prête à faire partager sa passion (d'ailleurs le gîte est rempli de moutons - en céramique, brodés...des petits, des gros. Il y en a partout et de très jolis !). Alors sans doute comme elle le fait chaque fois qu'il y a des familles qui débarquent chez elle, elle propose gentiment aux enfants une visite à la bergerie. Et là, ça tombre bien, c'est une pleine période d'agnelage. Génial ! 

Contre toute attente, Théophile accepte la proposition de la dame (qui, fort pertinemment, lui précise que s'il change d'avis, il n'y a pas de problème, ouf !). Le lendemain, à l'heure dite, la madame arrive. Elle a même prévu une paire de bottes pour Théo. Il ira avec son Papa parce que j'explique à la charmante dame que Théophile a quelques particularités qui obligent à un accompagnement. Il est autiste !  Ah là, vous n'allez pas le croire. Cette dame en plus d'être toujours souriante et fort agréable est maman d'un garçon autiste (aujourd'hui adulte) et donc elle maîtrise parfaitement le sujet. Une rapide conversation nous prouve qu'elle gèrera parfaitement les éventuelles paniques de loustic.  

Alors Théophile est allé voir les brebis et leurs petits et voilà ce que cela donne à l'arrivée :

DSC08495

En rentrant de la bergerie, il a noté qu'il sentait la "bête" mais bizarrement, il n'a pas réclamé à se changer immédiatement. 

Le plus drôle dans cette affaire : il s'est focalisé sur les numéros d'identification attribués à chaque bébé (que l'on trouve agrafés à l'oreille) et avant que nous ne quittions le gîte, il a demandé à la propriétaire à ce que l'agneau n° 085 porte son prénom. La dame, étonnée et amusée a répondu :"Ok, nous l'appellerons Théo alors !". Mais le plus sérieusement du monde, loustic a rétorqué :" Non, je préfererais Théophile". Soyons précis !

Alors désormais, vit quelque part en Bretagne un agneau (qui deviendra un beau et grand mouton) prénommé Théophile...

3) Théo et les couverts :

Là, on change totalement de registre mais c'est important aussi. Théophile comme beaucoup d'autistes adorent manger avec ses doigts. Heureusement pratiquement tous les aliments qu'il ingurgitait jusque là l'y autorisaient (nuggets, frites, pain...). Donc ça ne se voyait pas trop ! 

Résultat de recherche d'images pour

La petite cuillère a été pendant longtemps le seul couvert qu'il a utilisé puis progressivement, la fourchette a fait son apparition (mais il était déjà grand !). Quant au couteau...ça, niet ! D'abord pour la simple raison qu'il n'arrivait pas à le manipuler, qu'il n'exerçait pas une pression assez forte pour que l'ustensile remplisse son rôle et qu'utiliser le couteau de la main droite tout en tenant la fourchette de la main gauche devenait un vrai casse-tête pour lui. Avec le temps, les problèmes de coordination se sont un peu atténués et l'utilisation du couteau était la prochaine étape à franchir.

Mais quel couteau utiliser sans qu'il craigne de se blesser (c'est une vraie crainte chez lui) ? Nous aurions juste souhaité pour débuter qu'il sache éplucher sa pomme quotidienne, juste ça. Une maman m'a alors conseillé l'épluche-légumes. Astucieux et apparemment, ça a parfaitement fonctionné avec son fils. Mais chez nous, un échec ! Théophile n'a pas encore la poigne nécessaire pour tenir fermement le couteau. Il s'est découragé et en plus, la pomme ne ressemblait plus à rien.

Dernièrement, il a découvert la viande rouge, il se pavane désormais en se qualifiant de "viandard". Je rassure, il n'en mange pas tant que ça mais il apprécie. Seulement voilà, viande rouge, viande blanche, il appelle papa-maman à la rescousse. L'air de rien, être capable de découper ses aliments est un acte d'autonomie comme d'arriver à se doucher seul, à se brosser les dents, à savoir traverser une rue, à se souvenir de son adresse...

Par hasard, est arrivé à la maison un couteau avec une lame en céramique.

Résultat de recherche d'images pour

Essayé c'est l'adopté ! J'ai donc proposé à Théophile de couper lui-même sa viande avec le couteau magique (en précisant bien de ne pas le porter à la bouche ni de la passer sur ses doigts "pour voir si ça coupe bien" !!!). Et effectivement, il a pu se débrouiller seul et sans effort. Alors c'est juste un petit truc mais il était vraiment ravi de devenir autonome dans ce domaine. C'est donc maintenant SON couteau...et il découpe seul ses aliments dorénavant.

A bientôt.

LaMaman