Pour ceux qui se rendent régulièrement ou qui habitent aux abords de la Capitale, ces nouvelles (imposantes) vignettes autocollantes ne leur sont certainement plus inconnues:

Résultat de recherche d'images pour "crit'air"

Théophile a adhéré au principe immédiatement. Tellement que maintenant, il fait les trajets en repérant tous les CRIT'Airs sur les véhicules et en annonnant sans fin et tout haut : "un, trois, deux, un, quatre..." Remarquez, un moment, le vrai défi, c'était de trouver un véhicule avec un CRIT'Air 5 (très rare !!!). Même moi, je me suis laissée prendre au jeu mais le repérage rendait ma conduite "à risques" (au moins autant que de téléphoner au volant, croyez-moi...). J'ai abandonné rapidement cette chasse au trésor !

En moyenne, nous faisons entre 200 et 700 Km par semaine pour ses prises en charge dans notre véhicule estampillé CRIT'Air 1, et cette actvité de repérage laisse peu de place au dialogue. Quelquefois nos conversations s'apparentent même à vrai un dialogue de sourds. Je parle et j'entends "un". Je prends ça pour une interrogation, dans le genre "hein, qu'est-ce t'as dit ?" (au lieu de "comment" au passage !). Et ça continue : "hein quoi ?". Avant que je ne m'aperçoive qu'en réalité, Junior ne me pose aucune question mais vient de repérer un véhicule qui arbore juste un CRIT'Air 1... Et évidemment plus nous avançons vers la Capitale, plus son débit de parole s'accélère. En Province, ces CRIT'Airs sont encore une espèce rare...(heureusement !)

Alors si le principe de prévoir une restriction de circulation les jours de forte pollution est intéressant (même s'il y aurait beaucoup à dire sur le fait que certains camions se targuent d'un CRIT'Air de 2...comment est-ce possible ?), ce n'est de toute évidence pas forcément un bon plan pour les familles d'autistes. L'autiste adore répéter, répéter inlassablement...alors là, c'est du pain béni pour Théophile. Durant un seul trajet et à l'arrivée, il a pu me récapituler le nombre de véhicules croisés puis me détailler leur nombre dans chaque catégorie (l'occasion de quelques statistiques au passage au retour, rien n'est tout à fait perdu). J'étais bluffée et pire, j'ai surtout réalisé que mes propres paroles s'étaient perdues dans le vide !

Résultat de recherche d'images pour "parler sans être entendue"

Alors comment fais-je maintenant pour le détourner de cette activité "parasite" ? Un truc fort méchant mais ça marche... Je lui parle du programme du nouveau Président élu. Je commence par quelques notions sur l'économie de marché puis j'enchaîne sur la concurrence et ses dérives et je termine par la notion de précarité. Ardu ? Je veux... Lui, il continue de scuter l'horizon et à annoncer les numéros des vignettes jusqu'au moment où je demande : "C'est bon, tu as tout compris ?". Là, j'entends bien un "hein ?". Ok, je recommence (on ne panique pas, ça fait partie du plan) : économie de marché, concurrence, précarité (les mécanismes boursiers et financiers, ce sera pour la prochaine fois, pas tout en même temps, hein ? En même temps, j'attaque en douceur le programme d'économie de la classe de Seconde)... Et là, j'annonce :"Ecoute bien parce que demain matin, tu devras m'expliquer tout ça..." La perspective d'un exposé sur un sujet pas très emballant fait son effet. Du coup, il écoute ! Bon bien sûr, je ne peux pas passer tout le trajet à parler de thèmes aussi rébarbatifs mais ça marche du tonnerre...

Résultat de recherche d'images pour "économie de marché"

Je me rappelle que gamine, je comptais les arbres sur le bord des routes durant les longs voyages en voiture (je ne pense pas être la seule) mais je le faisais dans ma tête, c'est là toute la différence. Dans le cas de Théophile, la notion d'activité "parasite" continue de lui  échapper donc il égraine tous les numéros à voix haute et plus rien d'autre n'existe. Et même si aujourd'hui, nous sommes habitués à ce type d'activité, il est nécessaire de rester vigilants et de repérer le moment où il est utile de pointer cette manie afin d'empêcher qu'elle ne devienne trop envahissante.

Alors la planète remerciera (peut-être) les concepteurs des CRIT'Air mais les parents d'enfants autistes ont tout loisir de s'interroger sur les effets pervers de ces vignettes !!!

LaMaman