Les particularités chez l'autiste, ça commence très petit, ça dure et c'est bien pour ça que l'aide des professionnels de l'autisme est capitale.

Ensuite avec le temps, on prend beaucoup de distance et on fait bien. Parce qu'un jour l'évidence s'impose: ça ne s'arrêtera jamais. Rituels, accès de mécontentement, mauvaise (très mauvaise) gestion de la frustration, un humour spécial cause de quiproquos plus ou moins embarrassants (!)...

Alors si nous avons gardé très présent à l'esprit les particularités d'un petit autiste (qui donnnent lieu à une abondante littérature d'ailleurs, c'est plus facile pour les parents), celles qui concernent les ados autistes sont tues le plus souvent. Et pourtant, il y a des jours où nous donnerions cher pour faire un retour en arrière de 2 ou 3 ans dans le monde des "petits" autistes.

Mais c'est la vie, il faut avancer donc il faut gérer aussi. Le mot qui me vient à l'esprit pour caractériser un ado autiste est : déconcertant. Il n'est jamais là où on l'attend et surtout au moment où on l'attend... Je parlais de situations-problèmes, il y aurait de quoi en les compilant faire concurrence à un bon gros dictionnaire ou à la Bible (en épaisseur !).

Ici, il y a dans le désordre : les horaires, les objets à emporter, le jeu de cache-cache à l'extérieur (très drôle et très énervant à la fois), l'angoisse du retard aux rendez-vous, les phrases clés pour décharger un surplus de frustration (rarement agréables et parfois dans un style très pédant d'ailleurs), les emplois du temps non négociables, l'alimentation sélective, les problèmes sensoriels...

Alors avant de les égrainer, nous allons parler de LA bonne nouvelle, de la situation-problème (parmi tant d'autres) qui a enfin trouvé un heureux dénouement : IL MANGE ENFIN DE TOUT !!!

Résultat de recherche d'images pour "victoire roger federer"

Notez la joie de Federer tout en retenue. C'est un peu pareil avec l'autiste...faut jamais se réjouir trop vite !

Mais là, c'est un vrai soulagement de l'entendre dire (dans le désordre, comme ça me vient) : oui, je vais goûter, oui, c'est très bon, oui, je mangerais bien des lentilles/saucisses, une bonne fondue savoyarde, comtoise, bourguignonne, un millefeuille, une orange, un bon fromage (IGP), une salade verte, du saumon, un poulet rôti (adieu l'infect nuggets qu'il s'est enfilé pendant des années...), des légumes verts, rouges, blancs... Bref le Graal !

A tel point que dernièrement lorsque je lui ai proposé de nous arrêter au MacDo (comme au "bon" vieux temps), ça a été un refus net au motif que "cétait trop gras, trop salé"... J'ai cru tomber de ma chaise...comme s'il avait oublié qu'il m'y avait traînée contrainte et forcée pendant des années au moins 2 fois par semaine. Maintenant Monsieur mange "équilibré".

Résultat de recherche d'images pour "malbouffe chez les jeunes"

Alors parmi tous ces aliments, il a ses préférés: pain, fromages mais globalement, il fait très attention à varier les groupes d'aliments. 

Comment cela a-t-il pu se produire ?

Une meilleure compréhension des messages nutritionnels est allée de pair avec une meilleure compréhension de tout tout court. Merci à l'orthophonie et aux EHS. 

La crainte des conséquences au niveau de sa santé a été un des facteurs déclenchants. Son obsession dorénavant (bah oui, l'autiste reste avant tout un obsessionnel), c'est le surpoids (pas joli - surtout pour lui - et dangereux). Il se regarde, se surveille...

Néanmoins, il nous faut parfois moduler certains messages comme celui qui l'a interpellé il y a quelques mois : "Les ados ont toujours faim, c'est normal, ils sont en pleine croissance". Entendu sur FranceInfo de la bouche d'un journaliste qui répond(ait) à la question "Pourquoi ?". Du coup, notre autiste s'est mis à se gaver de pain, de fromage...à tel point qu'on se demandait comment il arrivait à faire entrer tout ça dans son estomac d'ado (petit format quand même en ce qui le concerne). Quand on a commencé à l'interroger, il a répondu : "Je l'ai entendu sur FranceInfo..." Là, une mise au point s'imposait, il a fallu procéder à certains ajustements.

L'autisme, le TED, ce sont avant tout des difficultés de développement. Si Théophile a une silhouette "harmonieuse", il n'en reste pas moins que les problèmes alimentaires qui ont débuté dès son plus jeune âge et se sont achevés il y a peu ont causé un frein certain à sa croissance (frein que nous espérons réversible sinon il faudra gérer sa déception à terme). Plus petit que la moyenne, il peut être encore qualifié de "petit format" même si ses nouvelles habitudes alimentaires ont transformé son corps en peu de temps. Tous ses espoirs sont donc permis...

Pour ma part, je répétais que nous pourrions considérer la question alimentaire résolue lorsqu'il accepterait de manger une choucroute. Et bien, c'est fait ! Et pour le symbole, il a pu goûter ce met le jour de son anniversaire. La "choucroute d'anniversaire" comme on l'a appelée. Et...il a aimé ça !

Image associée

BD à retrouver

Comme cette dame, réjouissons-nous !

A bientôt. LaMaman