Les commentaires ne sont pas ouverts pour ce billet !

Partie 1:

Einstein (lui, tout le monde le connaît) affirmait : deux choses sont infinies, l'Univers et la bêtise humaine. 

Résultat de recherche d'images pour "einstein autisme"

L'Univers, je ne peux pas le mesurer mais la bêtise, si ! Elle s'impose à moi assez souvent par autisme interposé. Je m'explique : ce matin, dans ma boîte mail, une amie m'a rapporté les propos de tiers et je la remercie de me donner l'occasion de répondre à la bêtise humaine en personne. Je vais le faire en deux fois, son mail contenait deux "messages" en réalité. Voici le premier :

En premier lieu, la bêtise humaine prétendait que les enfants autistes ne devraient pas être mis au monde, en clair, que les femmes porteuses d'enfants autistes devraient avorter. Sur la question de l'avortement, en ce qui me concerne, il n'y a aucune ambiguité : chaque femme est libre de disposer de son corps et n'a de morale à recevoir de personne. Pour ça, c'est fait.

Alors pour l'autisme, je répondrai à la bêtise humaine qu'il n'existe aujourd'hui aucun test permettant de déceler "trace" d'un quelconque TSA* au moment de la gestation. Autrement dit (et fort heureusement), la naissance d'un enfant est encore porteuse d'un brin de "surprise". Juste pour nous rappeler qu'un enfant n'est pas seulement une espèce de trophée à qui on balise le parcours de vie avant même qu'il ait poussé son premier cri. Pour exemple, ici, ce sont quatre enfants. Résultat des courses : deux TSA (un autiste et un syndrome d'Asperger). Ok, je ne vais pas dire que ça n'impacte pas nos vies (familiale, professionnelle,...) mais on s'adapte et je crois que je peux dire que nous sommes de "meilleures personnes" aujourd'hui (même si je m'aperçois que je suis au fil du temps bien moins patiente avec la bêtise humaine que je ne l'étais avant que l'autisme ne fasse son entrée dans la famille). 

C'est certain : la tâche serait plus facile si la bêtise humaine ne venait pas se rappeler à nous régulièrement.

Résultat de recherche d'images pour "toc toc toc"

Considérer qu'il serait utile pour la société qu'un certain nombre d'individus "atypiques" ne voient pas le jour est révélateur d'une espèce de parole libérée et "décomplexée" (c'est bien comme ça qu'on dit maintenant, non ?) qui ne me paraît pas aller dans le bon sens. Humainement parlant, j'entends. Ok, alors poussons le raisonnement au bout du bout : éliminons également les enfants et adultes trisomiques, les IMC (infirmes moteurs cérébraux), les handicapés physiques (oui, après tout quelle utilité ces gens qui se baladent sans jambes, sans bras, aveugles, sourds...pas productifs), les cancéreux (beaucoup l'ignore - y compris les malades eux-mêmes : un traitement d'immunothérapie peut coûter jusqu'à 116 000 - plus à l'avenir, des traitements plus performants et donc plus coûteux également nous arrivent tout droit des States. Et en plus, si ces gens sont malades, n'est-ce pas parce qu'ils ont trop bu, trop fumé, mangé trop gras, trop salé, qu'ils n'ont pas assez "bougé", etc ?), les malades d'Alzheimer (aucune chance de guérison), les malades de Parkinson (idem)... et pendant qu'on y est, les homosexuels aussi (contre nature pour la bêtise humaine), les trans (bah oui, on est fille ou garçon, on ne peut pas être autre chose, c'est Trump qui le dit  et si Trump le dit, alors...), les immigrés (là, c'est facile, y a qu'à les laisser se noyer tout seuls dans la Méditerranée ou les fusiller s'ils tentent de franchir le Mur de 18m de hauteur. Bah, on est chez nous, oui ou non ? Ah mais...)

Bon sang, oui, la bêtise humaine n'a décidément aucune limite. Elle se couvre de ridicule en permanence et elle est pourtant plus vivante que jamais, plus dangereuse aussi.

Cette pratique qui consiste à éliminer une part spécifique de la population porte des noms : l'eugénisme (on fait une sélection avant la conception), l'avortement thérapeutique "forcé"  ou le génocide (si l'enfant est né, voire un adulte si on lui a laissé le temps de grandir). Je rassure la bêtise humaine : quelqu'un y avait déjà pensé avant elle. Ainsi un certain Hans Asperger (qui a donné son nom à cette forme d'autisme) a collaboré avec le régime nazi, il « a légitimé publiquement les politiques d'hygiène raciale y compris les stérilisations forcées et a coopéré activement, à plusieurs occasions, au programme nazi d'euthanasie d'enfants », On ne s'étonnera pas donc que les autistes Asperger aient préféré se rebaptiser "autistes de haut niveau". A l'aune de ces nouvelles découvertes historiques, Hans Asperger n'est plus aussi recommandable, on en conviendra. Mais sans doute, la bêtise humaine trouvera Hans Asperger "proprement" génial !

Résultat de recherche d'images pour "hans asperger"

Mais bien plus que la parole décomplexée, c'est une forme de déshumanisation à laquelle on assiste. Quand j'entends :"Les immigrés, on n'a rien contre eux mais pas chez nous. Et surtout, dites bien qu'on n'est pas racistes !". Bah, si la bêtise humaine, t'es crassement raciste. Et quand la bêtise humaine me dit: "Moi, les homos, j'ai rien contre. Enfin entre femmes, ça me dérange pas mais entre hommes, là, non !". Là, ma bêtise humaine, désolée de te contredire, mais t'es bien homophobe (la demi-homophobie, ça n'existe pas). Et quand j'entends :"Les enfants handicapés, on devrait pouvoir les "détecter" pendant la grossesse. Parce qu'après...que de misère pour les familles. Et les enfants, que vont-ils devenir adultes?" La bêtise humaine, d'abord, fiche la paix aux familles. Quant à ces enfants, pour la plupart, ils sont heureux si l'on prend soin de leur prodiguer amour et respect...quoi, la bêtise humaine ? Tu ne sais pas ce que ça veut dire ? Dommage...mais il me semble que je n'aurai pas assez du restant de ma vie pour t'expliquer. Dommage !

Résultat de recherche d'images pour "pas le temps"

Toi, bêtise humaine, je ne peux malheureusement pas t'éviter tout le temps. Pourtant rien ne me plairait davantage. LePapa dit que quand il te rencontre, il pense juste que c'est un "mauvais moment à passer". Pour ma part, je n'ai pas encore atteint ce niveau mais j'y travaille.

Néanmoins gâce à toi, j'ai développé tout de même des alarmes internes qui me permettent de te reconnaître, de te sentir, de te prendre de front ou de fuir, c'est selon l'humeur et l'état de fatigue ou d'épuisement moral. J'évite que tu effleures mes enfants les plus vulnérables (mais tu es très forte, c'est un peu comme dans ces jeux vidéos violents dont on ressort laminé malgré la plus imparable des stratégies). Tu ne leur apporterais rien humainement et intellectuellement alors je trie. A l'arrivée, ne reste plus grand monde mais ceux qui restent sont de qualité et j'espère, ont le sentiment d'être de "meilleures personnes" aujourd'hui.  

Je n'en doute pas : ces quelques "pics" à ton encontre ne t'atteindront pas. Alors j'ai deux solutions : 1) J'attends que le ration neurotypiques* / autistes s'inverse. Quand les TSA prendront le pouvoir en quelque sorte... Ce n'est pas impossible : au bas mot, à cette heure, l'autisme représente 1 naissance sur 100 (tremble bêtise humaine !) - 1 sur 59 aux Etats-Unis,  et les chiffres ne font qu'augmenter. Aujourd'hui, grâce aux prises en charge adaptées (dans le secteur libéral principalement), les autistes se marient et ont eux-mêmes des enfants. Le nombre d'autistes va forcément augmenter. Sera-ce suffisant pour te terrasser, bêtise humaine ? 2) Plus sérieusement, je parie sur le fait qu'un jour, ton "aura" généré par la peur (on t'appelle "populisme" aussi, j'ai entendu dire) s'amoindrira et que tes adeptes s'apercevront que tu les bernes impunément, que tu agites des craintes infondées, que tu crées des "infox" pour mieux te nourrir et régurgiter ta haine de l'Autre. 

Quant à nous...on ne se pose pas la question de savoir si nous aurions choisi de ne pas garder nos enfants. Ce sont de belles personnes et crois-moi...on ne peut pas en dire autant de tout le monde !

DSC09134

A bientôt pour la deuxième partie.

LaMaman

(*)  TSA: Trouble du spectre autistique  /  Neurotypique : non-autiste