Les commentaires ne sont pas ouverts pour ce billet.

Certains d'entre vous me demandent : mais que deviennent vos filles "IEF" ?

Alors petit récapitulatif : elles sont trois, élevées à l'IEF jusqu'au baccalauréat. Toutes les trois titulaires d'un bac scientifique (rien de pompeux là-dedans, il nous a semblé que c'était le plus simple à préparer), elles ont filé tout droit vers la fac. Je crois que les trois ont apprécié ou apprécient (puisque LaTroisième y est encore). Alors que donne l'IEF après le bac (chez nous) ?

Tout d'abord la plus grande des satisfactions pour nous est qu'aucune des trois n'a renoncé à son projet de "quand elle était petite".  Que les années de fac n'ont pas été ou ne sont pas douloureuses et que l'IEF est un bon vecteur de réussite ; le plus étant sans conteste l'importance donnée aux acquisitions informelles, en clair, la cuture générale. Où on enfoncera une porte ouverte en disant que laisser un enfant choisir ses centres d'intérêt est gage d'acquisitions pérennes et que c'est ainsi que de toute évidence, on installe durablement le goût d'apprendre.

Que devient chacune d'elles donc ?

Résultat de recherche d'images pour "archéologie lucie jeanneret"

- LaPremière est archéologue (et Docteure es-Archéologie accessoirement). Elle a effectué tout son parcours universitaire dans deux universités différentes et on peut le dire, en roue libre. Elle a subi le stress de la thésarde, a remporté tous les suffrages, a passé de très difficiles concours de la Fonction publique (traduisez : beaucoup de candidats pour très, très peu d'élus), les a réussis, a obtenu dans la foulée sa qualification au poste de Maître de conférence et travaille aujourd'hui en tant qu'archéologue dans une importante structure qui oeuvre dans le cadre de fouilles programmées et d'archéologie préventive. Beaucoup de travail donc mais elle est récompensée de ses années de labeur... Elle a souvent constaté que l'IEF avait été une chance en même temps qu'un sujet de curiosité parmi ses camarades de promo et même ses professeurs. Il en reste l'impression réjouissante d'un parcours réussi et...atypique. 

Résultat de recherche d'images pour "vétérinaire"

- LaSeconde fait actuellement "le singe" (ne riez pas, c'est son job du moment), en plus de contribuer à Wikipédia et d'organiser des évènements pour cette plateforme contributive. Elle met ainsi des sous de côtés pour financer sa reprise d'études soit un doctorat en médecines vétérinaires d'ici l'année prochaine. Titulaire d'un Master2 recherches en Biologie et éthologie (comportement animal et humain), son parcours sans faute jusqu'au Master1 a été entaché par un fait de harcèlement moral en bonne et due forme durant sa dernière année. Elle s'est alors improvisée "lanceuse d'alerte" mais l'Administration étant ce qu'elle est, elle avait quitté les bancs de cette université avant que l'affaire ne soit "réglée". Bref, Master2 en poche, elle a pris le large et est partie s'installer quelque part en Europe où elle travaille dans une très grande entreprise. Entre temps, elle s'est vue poser un diagnostic de syndrome d'Asperger (elle oeuvre d'ailleurs pour le concept d'Autistic Friendly auprès des collaborateurs Wikipedia - ici ), ce qui a expliqué pas mal de ses "incompréhensions" quant aux comportement de certains.es. Enfin si certains d'entre vous souhaitent investir dans un projet d'études par procuration ou si vous possédez un oncle d'Amérique qui ne sait que faire de son argent, elle est preneuse...

Résultat de recherche d'images pour "cinémathèque"

- LaTroisième "fait son cinéma". En dernière année de licence d'arts cinématographiques, c'est sans doute celle qui a le plus profité de ses années d'IEF. Elle avait un programme et un rythme d'études à la maison qui me laissent encore songeuse mais c'est peut-être grâce à elle que j'ai compris qu'un enfant sait d'instinct ce qui est bon pour lui et que chacun a un rythme très personnel qu'il est judicieux de respecter. Bref, elle a bien scindé son emploi du temps en deux : le travail académique nécessaire pour décrocher le bac (quelques heures par jour, pas plus) et le reste du temps consacré à sa passion, le cinéma (elle n'a pas passé son temps à visionner des films, elle a surtout lu). Total : une fois arrivée à la fac, là aussi, elle s'est retrouvée en roue libre, cool... Elle prépare actuellement son projet de Master (puisque désormais, les dossiers d'admission en master sont examinés par une commission). Elle va probablement restée dans cette même université dans laquelle elle se sent bien. 

Alors certains diront qu'il n'est pas forcément nécessaire de devenir docteur.e pour s'épanouir et je suis bien d'accord. Mais nous n'avons pas choisi (encore heureux). Elles ont déterminé leurs projets seules (qui passaient par la fac), ont travaillé d'arrache-pied, ont tenu sur la durée et l'ont fait avec sérieux et enthousiasme. De tout ça, nous sommes admiratifs, j'ai beaucoup appris à leur contact et elles m'ont apporté une vraie raison d'avancer. 

Quant AuQuatrième, il vient de recevoir ses cours. C'est nouveau pour lui... C'est un vrai défi : toute cette méthodologie à acquérir, ce bla-bla pour justifier du moindre résultat. Ce n'est pas trop dans sa manière de fonctionner mais on prendra le temps qu'il faudra. Peut-être dans quelques années, ce sera son tour de prendre place dans un amphi archi-bondé et de ressentir ce petit frisson qui suggère qu'on est arrivé à bon port !

Résultat de recherche d'images pour "paléontologue"

Bonne lecture.

LaMaman

PS: Nous ne sommes pas riches, nos filles ont fait toutes leur études avec une bourse sur critères sociaux du CROUS et pour la première, une bourse au mérite (elle existait encore). Elles ont logé dans des 9m² en résidence universitaire...