Quelques nouvelles...

Théophile a dû se plier à de nombreux bilans en vue du renouvellement de son dossier MDPH. Déjà ?... me direz-vous. Et oui, le bras de fer redémarre, nous entrons de nouveau en période de hautes turbulences. Mais ne présageons de rien, nous pouvons avoir, au final, une bonne surprise !

D'ailleurs en parlant de bonne surprise, il en a eu une il n'y a pas très longtemps alors on va se concentrer sur cette jolie histoire.

L'hiver est terminé (dur, long encore ici mais bien moins pénible que le premier...l'habitude, les bons réflexes, le coup de mains discret et gentil des voisins sans doute) et donc on peut sortir de notre triade "feu de cheminée en continu / livre (interminable de préférence) / thé bien chaud".

Alors maintenant que les températures sont "acceptables" (quand vous cuisez à 30°, chez nous, il fait un petit 22°- 24°), on s'est souvenu que ce musée nous faisait de l'oeil depuis notre arrivée dans la région. Un an et demi plus tard (j'ai presque honte...), nous nous y sommes enfin rendus en famille.

Résultat de recherche d'images pour "espace des mondes polaires"  Résultat de recherche d'images pour "espace des mondes polaires"

Espace des mondes polaires - Prémanon (Haut-Jura)

Autrefois petit musée de rien (juste en face) qui faisait la part belle aux exploits polaires de Paul-Emile Victor, c'est désormais un complexe (musée - auditorium - restaurant - patinoire) de toute beauté qui cette fois nous martèle avec force supports que oui, le déréglement climatique est bien réel, tangible, pernicieux et qu'il n'est plus urgent d'attendre. Oh non alors...

Le lieu (ouvert en février 2017 et qui s'étend sur quelque 5 500m²) a été conçu par Stéphane Niveau, naturaliste polaire et directeur du complexe et Jean-Christophe Victor (fils de Paul). Si vous voulez lire un intéressant et joli article, hommage d'un fils à son père (qui lui disait en substance :"L'échec, c'est ce que tu n'essaies pas"...), lisez ceci.

Le musée est un espace aéré, blanc, très blanc, apaisant...ce qui aide bien à se rendre compte que les pôles nous parlent et qu'ils se fatiguent beaucoup à nous rendre la vie encore vi-va-ble et l'air encore à peu près res-pi-ra-ble ! Mais pour combien de temps ? 

Alors le thème, le discours, le décor... ? Tout était fait pour Théophile. Il s'y est senti à l'aise, très à l'aise si ce n'est que nous avions choisi par le plus grand des hasards le jour même où le directeur du musée convolait en justes noces. Jolie mariée aux pieds nus - pour ne pas faire de bruit ou de traces de talons sur le sol tout blanc sans doute - et discrète couronne de fleurs dans les cheveux. Charmante apparition dans ce décor immaculé. Allez, petite chanson(*) pour les mariés). Et il était assurément le mieux à même de faire visiter les lieux à ses invités. Excellente idée au deumeurant mais... Aïe ! Pas bon pour un autiste tout ça (lisez ceci, dans un tout autre environnement mais bon, ça peut donner des idées à certains !)

On a donc pris un peu d'avance sur la foule et on a entamé la visite fissa. Bon, rien que Théophile ne sache déjà, c'est un thème qu'il affectionne, les changements climatiques, on les vit ici au quotidien, il n'y a qu'à écouter les "anciens" du coin. La montagne a bien changé, très vite, trop vite et ça les inquiète même pas mal. Alors leur ressenti à ces anciens, il est là, explicité dans des vidéos, sur d'immenses panneaux tout à fait éloquents. On remerciera les concepteurs de ne pas hurler à la catastrophe mais bien plutôt de signifier l'urgence. C'est une bonne approche plus...pédagogique que sensationnelle. La visite est instructive et le message passe plus efficacement à mon sens.

Théophile lit tout, écoute tout, jongle pas mal pour éviter les groupes, prend tout en photo sur son téléphone (qu'il replace méthodiquement ensuite dans la poche intérieure de sa polaire. D'ailleurs chaque fois qu'il le sort, on a l'impression qu'il dégaine un flingue pour tout dire. Mais bon, c'est Théophile, sortir, remettre, re-sortir, re-remettre, c'est déjà tout un rituel. Et ses photos sont toutes superbes et avec des perspectives intéressantes).

Il est aux côtés de sa soeur aînée au moment où quelqu'un l'interpelle :"Eh, jeune..." Curieuse appellation. Théophile n'entend pas, le monsieur recommence puis pose la main sur l'épaule de Loustic. Il vaut mieux éviter ce genre de geste mais Théophile tétanisé, ne réagit pas (il a cru à un vigile ou à un guide du musée en fait, nous a-t-il avoué plus tard. Le fait que le monsieur en question ait au moins 70 ans ne lui a pas semblé bizarre. Un vigile de 70 ans...quand même...). Puis l'homme lui dit :" Donne moi ton appareil..." Curieuse demande, le mot "appareil" a quelque chose de désuet. Théophile s'exécute (ce qui a donné lieu à une petite discussion ensuite sur le fait de "donner" sans explication un objet qui lui appartient). Le monsieur alors plante notre Théophile devant ceci :

Résultat de recherche d'images pour "espace des mondes polaires ours polaire"

Croyez-moi, la bête est impressionnante ! 3m30 debout et elle peut courir à plus de 40km/h à pleine vitesse.  Bon là, l'ours en question est bien inoffensif mais il est l'attraction et la pièce maîtresse du musée si on se réfère aux commentaires des visiteurs :"Ah, je voyais pas ça si grand !", "J'aimerais pas me retrouver en face...", "Il ferait une belle carpette !", "Wouah, trop cool !"... Même s'il semble bien débonnaire là derrière sa vitrine (il donne même l'air de sourire), il a des griffes longues comme mes doigts.

Donc clic, la photo est dans "l'appareil". Le monsieur le lui rend et proclame très sérieusement: "Tu verras, le jeune, un jour, tu seras chez l'ours blanc". Théophile, souriant, lui a alors répondu :"Je l'espère !"  Le monsieur lui dépose de nouveau la main sur l'épaule, visiblement satisfait de la réponse puis disparaît. 

Et bien, vous ne pouvez pas savoir ce que peut produire un petit clic de rien. Nous n'avons plus vu le petit monsieur ensuite. Envolé ! Mais selon la description que m'en ont fait Théophile et sa soeur aînée présente, j'ai parfaitement reconnu le monsieur que j'ai écouté longtemps "raconter" les pôles à ses amis. Passionnant, enthousiasmant, captivant.

Alors pourquoi a-t-il choisi Théophile ? Nous ne le saurons jamais. Mais que ce monsieur soit vivement remercié ici. Théophile a raconté son histoire à tout son entourage, aux professionnels qui le suivent... Il a même appelé son Asperger de soeur pour lui demander s'il lui serait possible de l'accompagner dans ses futurs voyages. Ce à quoi elle a répondu que peut-être d'ici-là, les pôles ne seront plus que souvenirs (ne riez pas, elle n'est pas loin de la réalité, les pôles jouent le rôle de régulateurs thermiques, s'ils ont chaud, vous, vous rôtissez...vous êtes prévenus).

Il est donc sur son petit nuage et si certains grâce à une rencontre fortuite mais mémorable trouvent leur voie, tout autiste qu'il est, Théophile a pris cette phrase à la lettre et nous, nous trouvons que quels que soient ses choix à venir, ça restera une bien jolie histoire. 

Alors si un jour dans 10 ou 20 ans, on vous parle d'un homme qui murmure à l'oreille des ours polaires (s'il en reste), peut-être que vous vous direz : " Mais attends...je le connais celui-là... Oui, c'est ça... C'est Théophile !!!" 

Bonne journée.
LaMaman

PS : Théophile a toujours pour projet de devenir paléontologue. Nous en sommes à préparer les aménagements pour le bac. Il travaille dur et il adore ses cours (bien formels, ça lui convient). Ses derniers bilans lui laissent entrevoir des possibilités certaines. De plus, il se plait ici. Il est chez lui dans "ses" montagnes. Il y trouve beaucoup d'apaisement et il répète à l'envi que "c'est beau"... Alors on continue et on ne change rien (ou presque) pour le moment.

(*) C'est une chanson que j'entends tous les mardis dans la salle d'attente du cabinet d'orthophonie (vous savez, les bandes-son qui tournent en boucle et vous empêchent de lire) alors j'ai juste trouvé qu'elle était de circonstance. Joli texte quand même...